Les vols dans l’espace fragilisent le système immunitaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les vols dans l’espace fragilisent le système immunitaire.

Message  Mantell le Lun 31 Mai - 21:00

flower

Les vols dans l’espace fragilisent le système immunitaire.
.....................................................................................

Les astronautes sont plus sensibles aux infections que leurs homologues terriens. La combinaison (Une combinaison peut être Smile de plusieurs facteurs tels que le stress associé à l’apesanteur, le confinement, la promiscuité, l’éloignement des proches ainsi qu’un emploi du temps (Le temps est un concept développé pour représenter la variation du monde : l'Univers n'est jamais figé, les...) surchargé, souvent associés au manque de sommeil, entraine des modifications du système immunitaire. Ces données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose,...) indiquent que le challenge d’un voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel (tourisme) ou...) vers Mars par exemple ne représente pas seulement un défi technique mais doit également prendre en compte la santé humaine pour un séjour dans de bonnes conditions. En effet, Mars se situe à une distance variant de 55 à 400 millions de kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini...) de la Terre (La Terre, foyer de l'humanité, est surnommée la planète bleue. C'est la troisième planète du système solaire en partant...) en moyenne (Il y a plusieurs façon de calculer une moyenne d'un ensemble de nombres. Celle qu'il convient de retenir dépend de la...) et il est estimé qu’il faudra dans le meilleur des cas 6 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de trajet pour l’atteindre.


Les auteurs de l’étude publiée le 15 mai 2010 dans Journal of Cellular Biochemistry ont comparé par la technique de puce à ADN le profil d’expression des gènes dans le thymus de 4 souris ayant passé 13 jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux...) dans l’espace à bord de la fusée (Fusée peut faire référence à Smile Endeavor STS-1184 avec celui de 4 souris saines restées au sol. Le thymus est un organe immunitaire situé derrière le sternum qui assure la maturation finale d’une partie des globules blancs, les lymphocytes T (T pour thymus), impliqués dans la réponse contre les infections. La technique de puce à ADN (DNA microarray en anglais) qui permet la comparaison de l’expression des gènes dans deux conditions expérimentales distinctes repose sur la capacité de l’ADN dénaturé d’une cellule à reformer spontanément sa double hélice (Hélice est issu d'un mot grec helix signifiant « spirale ». Un objet en forme d'hélice est dit hélicoïdal.) lorsqu’il se trouve face à un brin complémentaire (étape d’hybridation). Cette approche permet potentiellement d’avoir une estimation sur l’expression de plus de 30000 gènes de manière simultanée.

Les scientifiques ont montré que l’expression de 970 gènes est augmentée ou diminuée de 1,5 fois ou plus dans le thymus des souris ayant voyagées dans l’espace par rapport à celles restées au sol. Parmi ces gènes, 12 ont en moyenne une expression significativement modifiée après le séjour dans l’espace. Ces gènes jouent tous un rôle dans la mort programmée des cellules (apoptose) et sont impliqués dans la régulation de la réponse des cellules au stress. L’apoptose est un processus naturel déclenché par les cellules pour leur auto-destruction en réponse à un signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme...). Ce phénomène est indispensable à la survie des organismes pluricellulaires et est en équilibre constant avec la prolifération cellulaire. En cas d’infection virale par exemple, les lymphocytes T spécifiques du virus seront détruits par apoptose une fois l’infection maitrisée. Ainsi les variations dans l’expression des gènes associés à ce processus finement régulé pourraient fragiliser le système immunitaire et induire une réponse moins protectrice contre les agents infectieux.

Auteur de l’article: Pierre-Alain Rubbo..


............................

A+JP.
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum