PETITE ETUDE RAPIDE SUR MUR DU SON ET MHD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PETITE ETUDE RAPIDE SUR MUR DU SON ET MHD

Message  Mantell le Dim 30 Mai - 7:41

flower



LE MUR DU SON.
________________




Nous allons essayer d'expliquer le plus simplement possible, pourquoi les Ovni ne font pas
de "Bang" sonique en se déplaçant dans notre atmosphère.

Acte 1 : La compression.
____________________
Vous avez tous mis votre main à la portière de votre voiture. Vous avez été surpris par la violence
du vent en fonction de la vitesse. Plus la voiture va vite, plus l'air frotte sur la carrosserie...
Pour un avion, c'est pareil. Même s'il est pointu et profilé, la vitesse de 500km/H,
vous arrachera le bras.
Que se passe-t-il......?:
L'air de notre atmosphère est de moins en moins dense en fonction de l'altitude.
Mais, dans la basse atmosphère, le frottement de l'air devient de plus en plus important
en fonction de la vitesse. Dans cette basse atmosphère le son se déplace à la vitesse
de 330 m/seconde...(soit environ 1200Km/h ou Mach 1.).

Donc pour un avion à réaction, se déplacer à 1200Km/h correspond à cette fameuse vitesse du son.
L'avion a crevé le mur du son. -C'est ce que les pilotes nomment le "bang sonique".



Que s'est-il passé exactement:
Nous pouvons observer que les molécules de l'air se "tassent" sur le nez de l'avion
et frottent de plus en plus sur les parois du fuselage et les bords d'attaques des ailes
et de l'empennage. Cette sorte de matelas de molécules, par la vitesse de l'avion,
va se rompre brutalement et c'est cette sorte de rupture brutale, qui va correspondre
au franchissement dit du "mur du son".



L'avion ayant dépassé ce fameux mur du son, nous allons entendre ce double "Bang",
(Cette surpression qui va casser les vitres ...)
Pour l'observateur: Nous allons d'abord voir l'avion, et c'est seulement quelques secondes
plus tard que nous entendrons le fameux "Bang". L'avion va donc plus vite que le son
qu'il engendre avec ses réacteurs.

Pour les Bangs successifs (pas le double bang): C'est la perception des sons au sol
qui rentre en jeu. Nous avons vu que pour que l'avion franchisse le mur du son, il faut qu'il accélère.
Le témoin au sol perçoit alors le fameux "Bang" mais l'avion continu d'avancer
et de "créer" des ondes sonores.

Donc, pour confirmer, présentation un croquis du double "Bang" sur le sol de la planète.


LE MUR DE LA CHALEUR.
_________________________

Plus la vitesse sera élevée, plus les molécules vont "frotter" la carlingue de l'aéronef.
Ce contact va élever la température des parois. Pour Mach 2, l'échauffement
des surfaces va être supérieure à plus 250°C.!!! (Voir Concorde.)

Le frottement de l’air.
_________________
Nous avons vu que plus l'avion va vite, plus les molécules de l'air frottent sur ses parois.
Il faut donc protéger l'avion. Notre techno des années 70-80 utilisait le "Titane" pour éviter
que l'avion ne se déforme trop par la dilatation de sa structure.



L'avion secret de reconnaissance SR-71. (3.600 Km/h) était "bardé" de titane sur ses bords d'attaque. Hélas, il Y avait alors des fuites de carburant, car sa carcasse était déformée par ces dilatations.
(Il ne faisait le "plein" de carburant que lorsqu'il avait décollé...)
(Le Concorde, lui, se dilatait de prés de 25 Cm, quand il volait à + Mach 2!)....

L'exemple de la Navette (27.000Km/h en orbite) nous montre qu'il a fallu pour sa rentrée
dans notre atmosphère, la protéger par des tuiles de céramiques spéciales.
Ceci afin qu'elle puisse se freiner par frottement, sur les hautes couches de l'atmosphère.

Nous savons que cette protection incontournable se devait d'être sans faille,
car les températures étaient si importantes que la moindre faille entraîne la destruction
de l'engin et de son équipage.
La technologie actuelle va donc chercher à contrer et le mur du son, et le mur de la chaleur...
Le vol à une vitesse de plus de Mach 7 est dit "hypersonique".




L'accident de la navette US.

...............................................................


LE VOL HYPERSONIQUE.
_________________
Quelle solution pour protéger l'aéronef de ce frottement permanent par les molécules
de l'atmosphère et qui provoquent ce terrible échauffement ?

Analysons:
Il faut imaginer que plus la vitesse va augmenter au dessus de celle du son, plus la température
va limiter les performances de l'avion. L'aéronef pourrait fondre et donc exploser avec son carburant...
Protéger par des peintures ou des alliages ne suffit pas. Certains scientifiques imaginèrent alors,
différentes solutions.
L'idée du scientifique Jean-Pierre Petit fut d'expliquer l'absence de Bang des Ovni, par la protection
d'un champ magnétique. En effet, protéger par un champ magnétique répulsif, ces engins
pourraient pénétrer l'atmosphère sans aucun frottement direct: Donc, sans "BANG" sonique.
Pour créer ces champs magnétiques, il faut de l'énergie. L'idée de Jean-Pierre Petit serait donc,
d'utiliser le principe de la MHD pour pénétrer et manoeuvrer dans notre atmosphère terrestre.



LA MAGNETOHYDRODYNAMIQUE.
------------------------------
C’est un flux de gaz très chauds (1800°c) et à très haute vitesse (+1000m/sec) qui va traverser une tuyère MHD équipée d’anodes pariétales. Cela va produire un très puissant courant électrique.

Voir croquis.



Cette énergie récupérée va permettre de protéger le fuselage et les bords d'attaque des ailes
en créant des champs magnétiques très puissants. Ces champs magnétiques repoussant
les molécules de l'atmosphère et évitant ainsi ce frottement direct qui aurait fait fondre l'aéronef.
L'aéronef va donc se retrouver enrobé par une sorte de halo qui va briller par ionisation
des molécules de l'atmosphère au contact des puissants champs magnétiques. (Effet Hall.)

Donc l'aéronef sera en plus, bien visible car lumineux la nuit. (IR) Par contre,
l’avantage sera qu’également, ces forts champs magnétiques vont absorber
la plupart des ondes radar. (Furtivité).

Nota :
L’on comprendra alors pourquoi les Ovni sont lumineux la nuit et troubles le jour.

L'AFFAIRE DU X-43:
.........................
Les USA ont testé le vol hypersonique avec le prototype X-43 jusqu'a Mach 10,
mais il a fondu en vol et le programme a été suspendu après cet échec.





Question :
-Le prototype du X-43, comportait-il un système de protection contre ce fameux
« mur de la chaleur » ?... L'on peut donc en déduire, avec certitude, que les USA
ne maîtrisent pas encore ce principe de la MHD en aéronautique.

Nota:
Observons les photos récupérées (Plus haut...) de la navette rentrant dans l'atmosphère
terrestre à plus de Mach 10... L'on peut alors distinguer l'endroit où les tuiles de protection
ont été arrachées. Cela entraînera la destruction de cette navette, et la perte de son équipage.

-Respect à ces héros de la conquête spatiale.

PRECISIONS:
.................
Le frottement des molécules de l’atmosphère entraîne la formation d’un plasma.
Ce plasma à très haute température, bloque toutes transmissions radio.
Il ne faut pas oublier également, que ce plasma ionisé absorbe également
l’ensemble des ondes radar.
Nota :
Cela expliquerait également le pourquoi de la disparition soudaine de certains Ovni
des écrans radar primaires des services de contrôle aérien de la Défense.

Nous avons parlé précédemment du fameux X-43 qui nous a prouvé que les USA
n'utilisaient pas la MHD qui permettrait de créer un champ magnétique de protection.
Ceci afin que le fuselage de l'engin ne fonde pas à cause du mur de la chaleur.

Nous allons maintenant, voir de prés le principe de fonctionnement du moteur RBCC.
(Rocket Based Combined Cycle)
1) Le mode réacteur.
La propulsion est réalisée par un mélange oxygène / kérosène, comme un turboréacteur
Donc une vitesse comprise entre Mach 0,7 jusqu'à Mach 3,5....
2) Le mode statoréacteur.
Le statoréacteur s'allume à Mach 3,5 avec un mélange oxygène / kérosène jusqu'à Mach 6.
3) Le mode Super-statoréacteur.
Le superstato fonctionnerait avec de l'hydrogène et l'oxygène de l'atmosphère.
Donc, pas de mise orbital hors atmosphère.



Profil de vol du X-43B:
Le X-43B, fixé a la pointe d'une fusée, est donc "transporté" et largué en vol par un B-52.
Il retourne au sol en vol plané. Ce projet a été abandonné suite à l'échec des essais.
(Le X-43B ayant fondu au bout de dix secondes.). Le prototype n’était semble-t-il,
pas protégé contre le mur de la chaleur.
Donc, pas de MHD et donc de protection magnétique.



Et nous sommes en 2009...!!Alors l'Aurora volant à plus de 10.000 km/h et satellisable
à plus de 27.000 km/h en 1990, restera donc du domaine de la désinformation...
(façon typiquement NSA/USA.)

Nota:
Il s'agissait surtout pour les USA à cette époque, de faire croire
aux soviétiques qu'ils possédaient la suprématie totale du ciel....

LA MAGNETOHYDRODYNAMIQUE.
...........................................



La MHD est déjà utilisée pour la propulsion de certains fluides dans les réacteurs atomiques.
En aéronautique, la capture d'une énergie suffisante pour protéger par champs une surface
subissant un frottement atmosphérique, est encore au stade de l'étude en souffleries.
La notion de "TUILES DE PROTECTIONS" pour capter cette énergie, n'en est donc encore
qu'au stade du prototype:





........................................................................................................................

L'AVANTAGE DES TUILES "MHD":

Les "tuiles MHD permettraient de "piloter" un engin lors de la rentrée atmosphérique. Ce que les navettes et les missiles actuels sont incapables de réaliser.



Nous pouvons donc également constater ici le vrai niveau de la technologie
des engins conçus par l'homme. De ce fait, proposer un engin secret (Style TR-3b)
pour expliquer une observation visuelle enregistrées par plusieurs radars primaires,
est une manoeuvre perfide de désinformation du public basée sur la méconnaissance
totale des capacités terrestres actuelles en aéronautique.

EN CONCLUSION:

A PARTIR DE CETTE RAPIDE ETUDE SUR LA MHD, NOUS POUVONS ALORS, TRES BIEN COMPRENDRE
QUE LE MYTHE INSTITUE DU FAMEUX "AURORA" FUT ABSOLUMENT CREE DE TOUTES PIECES
POUR ESSAYER DE CONTRER LE FAMEUX PROJET "AJAX" DES SOVIETIQUES DES ANNEES 80.
(AJAX: Projet d'avion hypersonique élabore par les sovietiques au temps de la guerre froide.)

Nous pouvons aussi constater combien ce montage a bien fonctionné,
vis à vis des personnes naïves, car peu au fait des technologies concernées.
Ce non-respect de la science face aux manipulations de services spécialisés
est encore ici, facilement mis en évidence.
Le web est donc un excellent outil de désinformation.

"CROIRE EST BIEN PLUS FACILE QUE DE CHERCHER A SAVOIR"....(F.EINSTEIN.) lol!


...........................

Amicalement à vous tous!
JP.
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: PETITE ETUDE RAPIDE SUR MUR DU SON ET MHD

Message  Mantell le Dim 30 Mai - 14:25

flower

APPLICATION DE LA MHD DANS LES MOTEURS DU FUTUR.
_________________________________________________

Mars en 39 jours: possible avec le moteur plasma VASIMR, selon son inventeur
Atteindre Mars en 39 jours contre au moins six mois avec les systèmes actuels
de propulsion est parfaitement envisageable avec un moteur à plasma VASIMR,
assure l'inventeur de ce concept dans un entretien avec l'AFP.

La confiance dont fait preuve Franklin Chang-Diaz, un physicien du Massachusetts Institute
of Technology (MIT) et ancien astronaute de 60 ans ayant volé sept fois dans l'espace,
est désormais partagée par la Nasa, l'agence spatiale américaine.

En annonçant fin janvier l'abandon du programme Constellation de retour des Américains
sur la Lune vers 2020 en prélude à la conquête de Mars, Barack Obama avait souligné
que la Nasa allait désormais consacrer beaucoup plus de ressources au développement
de nouvelles technologies, comme le moteur VASIMR, en coopération
avec le secteur privé, pour l'exploration habitée de l'espace.

"Ceci est un changement intéressant pour la Nasa qui aurait dû se faire il y a 10 ou 20 ans",
estime M. Chang-Diaz, notant que dans les débuts du projet VASIMR. (au milieu des années 2000!!),
l'agence spatiale lui apportait un soutien minimum.

"La Nasa n'avait jamais réellement pensé à un système de propulsion de fusée non-chimique
et prévoyait d'envoyer des astronautes sur Mars avec des moteurs chimiques,
ce qui selon moi n'est pas possible", juge-t-il.

Ce scientifique évalue, avec ce système, la durée totale du voyage à près de trois ans
dont un séjour forcé de 18 mois sur Mars dans l'attente de l'ouverture de la fenêtre pour le retour.

La distance Terre-Mars varie de 55 à 400 millions de km selon un cycle d'un an et demi.

Avec VASIMR, on pourra aller sur Mars et revenir durant le même cycle sur une période
de cinq à six mois au total, évitant ainsi d'exposer les astronautes trop longtemps
aux radiations cosmiques dangereuses, prédit Franklin Chang-Diaz.

Contrairement aux moteurs de fusée qui brûlent de la poudre ou des mélanges de carburant
liquide pour atteindre rapidement de grande vitesse, VASIMR utilise une source électrique
( Solaire ou réacteur nucléaire.) pour ioniser de l'hydrogène, de l'hélium ou du deutérium,
transformés en un plasma chauffé à de très hautes températures (11 millions de degrés Celsius).

Ce plasma est accéléré et dirigé par des champs magnétiques dans des tuyères
(Sans en toucher les parois!) pour propulser le vaisseau.

Ce moteur a la caractéristique d'accélérer en continu. Ainsi, un voyage sur Mars nécessiterait
d'inverser la puissance du moteur à mi-trajet quand la vitesse atteindrait, selon les calculs,
55 km par seconde (198.000 kmh) de manière à pouvoir suffisamment freiner
pour que le vaisseau puisse être capturé, sans brûler, par la force gravitationnelle de Mars.

Mais avant de développer un tel moteur pour une mission habitée martienne qui requerrait
une puissance de 200 mégawatts, il faut d'abord mettre au point un VASIMR plus petit.

Pour ce faire la Nasa a déjà signé un accord avec la firme Ad Astra Rocket, créée par M. Chang-Diaz
en 2005 pour mettre au point cette technologie déjà testée sur Terre
avec succès dans une chambre à vide, en mai 2009.

Actuellement l'objectif est le déploiement orbital, fin 2013, à la Station spatiale internationale (ISS),
du premier prototype du moteur VASIMR d'une puissance de 200 kilowatts, le VX-200.

Le marché potentiel pour ce moteur spatial puissant et économique est "énorme",
explique le patron de Ad Astra Rocket. Il a cité l'entretien de satellites, la remise périodique
sur la bonne orbite de l'ISS ou encore des missions robotiques sur la Lune, Mars ou ailleurs.

................................................

Exemple:

Le moteur en question est maintenant, bien connu des spécialistes.
Il s’agit de Vasimr: Variable Specific Impulse Magnetoplasma Rocket.

Un système de propulsion complètement différent de la propulsion classique chimique
utilisée aujourd’hui. Son potentiel est énorme et les performances attendues dépassent,
et de loin, celles des moteurs reposant sur l’utilisation de propergols chimiques.




Principe rapide de fonctionnement du moteur à plasma Vasimr:

Vasimr, dont les premières études exploratoires datent de la fin des années 70,
est un moteur qui produit un plasma aux températures très élevées à partir de l'hydrogène liquide.

Je le "décortique" le plus simplement possible:

1)- La source d'énergie est un moteur nucléaire qui produit l'électricité nécéssaire.
2)- L'hydrogène est réchauffé dans une première chambre pour passer de l'état liquide à celui de gaz.
3)- Dans une troisième chambre, le gaz chaud est propulsé par MHD vers une quatrième chambre.
4)- Dans cette chambre le gaz devient plasma et est éjecté provoquant la propulsion du mobile.

L’accroissement des performances est tel, qu'il a pu entraîner des réductions importantes
de la consommation de carburant. Tandis que les tuyères conventionnelles du moteur
fondraient sous les températures extrêmes, Vasimr emploie des champs
de force magnétiques (MHD) pour diriger l’échappement du plasma.

Le transfert de cette technologie novatrice au secteur privé s’explique par la nouvelle
stratégie de la NASA, insufflée par l’administration américaine qui souhaite que les prochaines
grandes étapes de l’exploration humaine de l’espace dépendent grandement
de la coopération entre le secteur aérospatial privé et la NASA.

Les applications commerciales de ce moteur sont multiples et n’intéressent pas
seulement le secteur spatial. Mais déjà on pense à la mise au point d’un système
de poussée (re-boost) de grandes structures orbitales, mais également le repositionnement
de satellites et de propulsion de cargos de fret vers la Lune ou Mars.

Cette technologie peut également être utilisée pour des missions habitées et robotiques
interplanétaires. Ainsi, Vasimr est une des solutions retenues pour équiper un vaisseau martien.
L’intérêt de son utilisation est double. D’une part, le gain de temps serait énorme, réduisant
le temps de voyage entre les planètes Terre et Mars de moitié, voire plus. D’autre part,
l’utilisation d’hydrogène comme carburant aurait comme avantage d’envoyer le vaisseau
vers Mars avec seulement la quantité nécessaire, les astronautes ‘faisant le plein’
sur la planète pour rentrer sur Terre. Enfin, l’hydrogène peut également
être utilisé comme bouclier anti-radiation.

Source: flashespace.com

..............................................................




A micalement.
JP.


avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum