ORIGINE INCONNUE DE CERTAINES PLANTES.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ORIGINE INCONNUE DE CERTAINES PLANTES.

Message  Mantell le Sam 29 Mai - 21:18

flower


Le Maïs.
Dans son livre « La lune clé de la Bible », paru aux éditions « J’ai lu » en 1969, l’auteur Jean Sendy évoque aux pages 117 et 118 l’origine mystérieuse de certains de nos céréales, base d’une grande partie de notre alimentation. « Peut-être bien des expériences d’adaptation venues d’ailleurs ? »

Il est bon de rappeler à ce propos, le mythe du maïs, que les amérindiens affirmaient être « un don des Célestes », le maïs est le type même de la graminée d’agriculteur : Graines fortement attachés à l’épi, tégument très facile à détacher. Abandonné à lui-même, un champ de maïs est voué à la disparition, les grains qui ne sont pas mangés par les oiseaux pourrissent sur l’épi. Or, il n’existe pas de maïs à l’état sauvage, et on n’a jamais trouvé la plante qui puisse passer pour « l’ancêtre sauvage » du maïs, c’est à dire capable de perpétuer l’espèce sans l’aide de l’agriculteur. Le blé sauvage existe et le blé cultivé revient facilement à l’état sauvage, aucune légende ne présente le blé (ni le riz) comme un « don des dieux », ces derniers, dans les civilisations du blé et du riz, n’ont fait qu’enseigner l’agriculture.

Le maïs s’obstine à confirmer son mythe de « Céleste ayant apporté une graminée qui n’existe pas sur notre planète à l’état sauvage », le blé et le riz s’obstinent à confirmer leur mythe de « Céleste ayant enseigné l’art de transformer en graminée d’agriculteur une graminée sauvage ».

La légende.
Le peuple ABENAKIS, terme signifiant «l'homme qui habite la terre de l'aurore" appartient à la grande famille des Algonquins (Peuple habitant le nord-est du Canada)

« Selon une très vieille légende racontée par nos aînés, le peuple abénakis fut, dans un temps très lointain, frappé d'une terrible famine qui apporta la mort et la désolation au sein de la nation. Même si le peuple abénakis allait péniblement d'un territoire à un autre, la nourriture demeurait introuvable.Des hommes, des femmes et des enfants, parfois même des familles complètes moururent de cette famine cruelle.

Il fallait absolument trouver une solution pour sauver le peuple d'une mort totale.Un jour, un homme d'une grande faiblesse, gisant au pied d'un arbre, eut soudainement une vision dans laquelle le Créateur lui expliqua que lui seul pouvait sauver son peuple au prix très grand sacrifice. Ce sacrifice était la vie de sa femme en échange de la survie de son peuple. L'homme était partagé entre le désespoir le plus total et la confiance qu'il avait en son Créateur. Il mit alors fin aux jours de sa femme et l'enterra sur le champ. Comme le créateur le lui avait clairement spécifié, il laissa sortir de terre l'abondante chevelure de la morte. Dès la saison suivante, la terre fut d'une générosité extrême et elle offrit aux Abénakis du maïs en abondance. Notre peuple était sauvé.

C'est pour cette raison que l'on retrouve sur les épis de maïs quelques cheveux dorés pour nous rappeler le sacrifice de la vie d'une femme pour la survie de sa communauté. »

Les origines géographiques.
Les origines géographiques de cette plante font l’objet de nombreux débats. Certains auteurs prétendent que le maïs a été apporté d’Asie en Europe au Moyen Age. D’autres soutiennent, au contraire, qu’il est originaire d’Amérique. Les preuves se sont renforcées, depuis, en faveur de cette dernière thèse.

Connu des civilisations précolombiennes ( Aztèques, Mayas, Incas), le maïs est probablement la plus ancienne céréale cultivée du continent américain. Certaines populations du Mexique et du Guatemala le vénèrent encore comme une plante sacrée. Des preuves archéologiques attestent que le maïs domestiqué existait au Mexique entre 7000 et 5000 av. J-C. Des plants retrouvés sur les côtes péruviennes datent de 2000 av. J-C.

une controverse scientifique quant à son origine.
On ne peut d’ailleurs manquer de faire des constations troublantes avec les manipulations génétiques (OGM) exercée à l’heure actuelle, entres autres, sur le maïs et le riz. Le maïs est une plante domestiquée par l'homme qui n'est pas présente à l'état sauvage ; il existe une controverse scientifique quant à son origine.

La plupart des biologistes considèrent que le Téosinte, une graminée sauvage mexicaine est l'ancêtre du maïs. Cependant, les différences morphologiques très importantes qui existent entre ces deux espèces sont les principaux arguments des détracteurs de cette théorie, qui considèrent qu'elles sont trop complexes pour être le résultat de mutations naturelles ou de la sélection humaine. Une des différences fondamentales concerne l'organisation des grains : les grains de l'épi de maïs ne sont pas protégés, alors que ceux du Téosinte sont enfermés dans une coque.

Les récents travaux de recherche de l'équipe de John Doebley de l'Université de Madison (WI) éclairent le mystère de la domestication du maïs en apportant une explication de l'étape critique de libération des grains. En étudiant des hybrides du Maïs et de la Téosinte, ils ont montré que celle-ci est contrôlée par un gène unique codant pour un facteur de transcrïption. De façon plus générale, ces résultats démontrent qu'une modification génétique réduite sur un seul gène peut induire une différence phénotypique fondamentale.

En Europe, il pousse d'avril à octobre. C'est une plante qui offre une grande diversité d'utilisation. C'est la base de l'alimentation sud-américaine. Il sert aussi beaucoup pour l'alimentation du bétail (La plante entière peut être consommée par le bétail comme fourrage frais ou sec ou comme ensilage), mais aussi dans l'industrie (Les semoules servent à la fabrication des pétales de maïs. Il peut être distillé pour fabriquer des boissons: whisky, gin, bourbon, fabrication de colle pour l'industrie textile, édulcorant, produits de l'industrie pharmaceutique ; et, plus récemment, plastiques biodégradables et biocarburants.) La France et l'Italie sont les principaux producteurs européens.

Source :
Revue « Sentinelle New » No 11 page 4.
« La lune clé de la Bible » de Jean sendy.
de Jean sider.

..................................................

A+JP
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum