Concrétisation des interrogations.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Concrétisation des interrogations.

Message  Mantell le Lun 17 Mai - 7:30

flower




D'autres que nous, se posent aussi des questions sur notre évolution.
L'on retrouve ici, ces mêmes interrogations sur nos origines cachées.
N'oublions pas qu'avec les derniers progrès de nos sciences et de nos technologies,
nous comprenons certains faits classés comme mythes par nos anciens,
"Mythes", car paraissant trop merveilleux à l'époque (1873-1915) des premières traductions.

Bonnes recherches.

A+JP.
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  Mantell le Lun 17 Mai - 7:42

flower



C'est surtout à la lecture de ce livre incontournable, élaboré par deux assyriologues patentés, que l'on découvre la cohérence incontestable entre les traductions des tablettes de Sumer et nos dernières découvertes en science de la génétique.
L'on comprend alors le pourquoi de notre étrange évolution et surtout l'origine des manipulations pour nous endoctriner afin d'être "taillables et corvéable à merci"!!! ...
Sans renier Darwin, notre "coup de pouce" génétique se comprend et confirme bien la manipulation de ces textes pour imposer une croyance.
A conserver précieusement par tous les passionnés de recherche ufologique.

A+JP.
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  Mantell le Lun 17 Mai - 8:00

flower







Ce livre de Z.Sitchin peut énormément surprendre à la première lecture si l'on n'a pas fait
de recherches préalables sur les fameuses traductions des plaquettes de Sumer.

Par contre, si l'on a étudié les apochryphes tels que le livre d'Hénoch ou étudié l'origine de Sumer,
l'on comprend que les fameux dieux cités dans les textes, ne sont pas originaires de notre planète.
Sitchin met les pieds dans le plat et nous aide à bien mieux comprendre l'ufologie.

En effet, les abductions (RR4) se comprennent alors parfaitement et les progrès de notre recherche scientifique actuelle confirment l'ensemble. Cela nous prouvent que nous avons bien affaire
à une super-technologie qui profite de notre naïveté d'humanoïde programmés.

Bonne lecture à vous tous.

A+JP.


Dernière édition par Mantell le Lun 17 Mai - 8:13, édité 1 fois
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  Mantell le Lun 17 Mai - 8:04

Idea flower


UN PETIT PLUS:




avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  lionel le Lun 17 Mai - 10:49

Salut JP

voila une bibliothèque bien garnie et indispensable .... par contre comment trouver le N°6 d'Apocryphes qui est sortie en 2007 ??? j'arrive pas a le trouver

y aurait il une possibilité de le scanner ?? ( si jamais il est impossible de se le procurer )

merci

lionel

Messages : 55
Date d'inscription : 10/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  Mantell le Lun 17 Mai - 15:44

flower


Bonsoir Lionel!

Oui, j'ai trouvé cà en librairie en 2007.
Les écrits sont piochés dans plusieurs des livres que j'avais rassemblés pour essayer de gratter le sujet sur l'origine des fameux dieux antiques.
Je n'étais donc pas le seul à me passionner pour le sujet. Par contre, la notion sur les ET est discrête et l'on comprend maintenant pourquoi.
Notre science de la génétique décalotte les fameux mythes de la création....


Si cela peut te permettre de récupérer les numéros:



Bonne recherche à toi.
Amicalement.
JP.
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  Mantell le Lun 17 Mai - 15:58

flower

Un petit plus qui fait mal. lol!





De bonnes infos vérifiables scientifiquement par les recherches actuelles sur l'ADN mitochondriale
et qui nous laissent à penser que nous ne sommes pas prêts d'une vraie révélation en ufologie.

La "tôle et le boulon" quoiqu'en disent les brâves "paranormaux", est là et bien là... lol!

Bonne lecture à toi.

Amicalement.
JP.
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  martin jean-luc le Lun 17 Mai - 23:13

drunken Il y a quant même une question a laquelle je ne trouve aucune réponse ? qui créa les dieux, l'univers, et quel est l'élément déclencheur du Big Bang créateur de ce cosmos dans lequel nous vivons, nous appartenons au monde de l'infiniment petit,fruit de la chimie du carbone et de l'eau, perdu dans ce monde galcé qui sans les étoiles aucune vie ne pourrait exister cyclops

martin jean-luc

Messages : 47
Date d'inscription : 10/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  Mantell le Mar 18 Mai - 6:54

flower

Bonjour Jean-Luc!

Oui, on peut se poser une telle question car la vulgarisation des origines de la vie dans l'univers, reste encore confidentielle.
Peut-être pour ne pas choquer les "créationnistes".. Je ne sais pas quelle est la bonne méthode pour informer, car tu connais la "bagarre" actuelle entre les différents groupes (Evolutionistes et créationnistes!!).
Il est effectivement plus simple de dire que c'est un dieu qui a tout créé.
Mais alors, qui a créé ce dieu?...

Comme nous sommes mortels, nous voulons un début et une fin pour toutes choses.
Vu l'immensité de la durée du temps, nous ne pouvons considérer une éternité. Il nous faut un début...

Si nous nous penchons sur le processus, l'on ne peut que constater que la vie s'enclenche à partir du moment où les conditions de base sont respectées. Pour nous qui sommes basés sur le carbone, nous savons que le processus de la vie se déclenche avec l'eau liquide. La zone de vie demandant à ce que la planète viable soit à la bonne distance de son soleil.


UN EXCELLENT NUMERO POUR COMPRENDRE L'ARGILE A LA BASE DE LA VIE.

Avant, les hommes croyaient être seuls dans l'univers, car nous n'avions pas encore de preuve de l'existence d'autres planètes autour des étoiles. En 1996, les premières planètes extrasolaires nous prouvèrent que ces conditions obligatoires des bases de la vie, pouvaient exister ailleurs.
Ce sont donc les déchets des minéraux qui sur les planètes "viables", seraient à la base du processus de reproduction des premières cellules. Le plus amusant est que ces déchets de minéraux se retrouvent dans l'argile... (D'où la fameuse image des textes bibliques..)

Question: - "Qui" pouvait savoir cela avant la découverte de la science de la génétique?.. scratch

Nos scientifiques actuels nous proposent même de rechercher la vie sur des satellites de Jupiter ou Saturne... Ce qui était encore absolument "inconcevable" en 1990...
Donc, à partir de l'enclenchement du processus de la vie etc..etc.., (Voir aussi les profondeurs marines.)
Nous avons donc fait des progrès depuis. Very Happy ....

L'homme terrestre (Ergaster issu de l'argile.) ne serait donc que l'aboutissement d'une évolution logique à la
Darwin.
Le problème de nos "visiteurs" serait par exemple, d'avoir 500.000 ans d'évolution d'avance sur leur planète, par rapport à nous sur notre planète. Ce qui permet de mieux comprendre que leurs sciences et leurs technologies soient alors considérées comme "magiques" par les primitifs que nous sommes encore.
On peut aussi comprendre alors le "tripatouillage du génome humain" pour essayer de nous faire évoluer afin de pouvoir avoir des "ouvriers taillables et corvéables à merci". Le travail de la Terre n'étant pas le point fort des intellectuels...!!
lol!

Voilà donc, en fonction de l'ensemble des textes antiques, un petit résumé de ce que l'on peut comprendre de notre passé plus ou moins caché. Les religions se greffant là dessus pour structurer les nouvelles sociétés...
A nous de creuser encore le problème pour essayer de savoir qui sont nos "Visiteurs" study

Amicalement.
JP.
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  Mantell le Sam 29 Mai - 21:26

flower


LE TEXTE LE PLUS IMPORTANT:



http://www.lepoint.fr/actualites-sciences-sante/2008-02-28/humanite-une-seule-race-mais-sept-groupes-biologiques/1055/0/225997



...........




Humanité
Une seule race, mais sept groupes biologiques


La génétique a rendu son verdict : on peut répartir les hommes en sept groupes biologiques. Pas de quoi devenir raciste car l'espèce humaine demeure la plus compacte de tous les mammifères.


James D. Watson peut être considéré comme le pape de la génétique moderne. En 1953, sa découverte de la structure de l'ADN, avec Francis Crick, en a fait l'égal d'un Newton ou d'un Copernic ! Malheureusement, cette icône de 79 ans (Crick est décédé) laisse suinter un racisme épouvantable. Le 14 octobre 2007, il déclarait encore dans le Sunday Times Magazine que l'intelligence des Noirs est inférieure à celle des Blancs. Même s'il a prétendu par la suite avoir été mal compris, cette énième provocation a fini par dresser contre lui l'ensemble des chercheurs. « Watson déconne. Il aime provoquer. Il se base sur des travaux qui ont été totalement remis en question », souligne Bertrand Jordan, généticien au CNRS, auteur de « L'humanité au pluriel » (Seuil).
Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Le 9 décembre, le Sunday Times , pour se rattraper, publiait une étude scandinave affirmant que l'ADN du vieil homme comporte 16 % de gènes légués par des ancêtre noirs et 9 % par des aïeux asiatiques. Et vlan dans le génome !
Pendant très longtemps, on a distingué seulement quatre races au sein de l'espèce humaine : la noire, la blanche, la jaune et la rouge. En ajoutant d'autres critères physiques et culturels, certains étaient parvenus à en distinguer des dizaines, voire des centaines. Après la Seconde Guerre mondiale et les horreurs nazies, le sujet est devenu tabou. Il ne fallait surtout plus parler de races, mais d'ethnies forgées avec des ressemblances culturelles. C'est l'ethnocentrisme de Lévi-Strauss.
Aujourd'hui, les progrès remarquables effectués dans la science du génome (autre nom pour la totalité de l'ADN contenu dans les chromosomes) permettent enfin d'apporter des réponses bien plus précises sur l'existence ou non de divisions biologiques au sein de notre espèce. Au lieu de se fonder sur quelques critères physiques apparents, les généticiens ont mis au point des moyens sophistiqués d'analyse, capables de comparer des milliers de minuscules fragments d'ADN. Ce qui a permis de savoir, par exemple, que sur les 3 milliards de nucléotides-ces briques de base qui écrivent les gènes-les hommes ne diffèrent, entre eux, que par 3 millions de nucléotides au maximum. Un sur mille ! Cela signifie que les 6 milliards d'humains possèdent un génome à 99,9 % identique. Cette extraordinaire compacité ne se retrouve chez aucune autre espèce de mammifère dont le génome est connu à ce jour. Par exemple, la diversité génétique du chimpanzé est quatre fois supérieure à la nôtre.
Quoique très faible, il existe néanmoins une variabilité chez l'homme. Que dit-elle ? La revue Science vient de publier l'étude génomique la plus complète jamais effectuée. Elle compare 650 000 nucléotides chez 938 individus appartenant à 51 ethnies. La ribambelle de généticiens qui ont participé à ce travail herculéen concluent de leurs travaux qu'il existe sept groupes biologiques parmi les hommes : les Africains subsahariens, les Européens, les habitants du Moyen-Orient, les Asiatiques de l'Est, les Asiatiques de l'Ouest, les Océaniens et les Indiens d'Amérique. Le chercheur Howard Cann, de la fondation Jean-Dausset, cosignataire, tient à préciser : « Tous les hommes descendent d'une même population d'Afrique noire, qui s'est scindée en sept branches au fur et à mesure du départ de petits groupes dits fondateurs. Leurs descendants se sont retrouvés isolés par des barrières géographiques (montagnes, océans...), favorisant ainsi une légère divergence génétique. » En fouillant davantage encore dans les génomes, les généticiens ont pu encore déterminer des sous-groupes. Par exemple, huit en Europe et quatre au Moyen-Orient. Mais avec moins de certitude.
Précisons encore, afin d'éviter toute récupération de mauvais aloi de ces travaux, que les convergences génétiques qui rassemblent les hommes au sein de chacun des septs groupes ne concernent qu'un relativement faible nombre de nucléotides. Du coup, deux hommes appartenant à un même groupe peuvent être très différents en ce qui concerne les très nombreux nucléotides non pris en compte pour établir la classification. Si différents même que deux membres d'un même groupe peuvent être plus éloignés, globalement, que deux individus appartenant à deux groupes distincts (Européens et Africains, par exemple). Pour bien le comprendre, imaginons des fruits classés en fonction d'un seul critère, leur couleur. La pomme rouge et la tomate appartiennent donc au même groupe, mais de nombreux autres critères les rendent bien plus différentes entre elles que des pommes vertes et rouges.
Si les sept groupes restent très proches génétiquement, c'est qu'il y a une bonne raison à cela : l'extrême jeunesse de l'espèce humaine. En 60 000 ans (depuis la sortie d'Afrique de l' Homo sapiens ), l'évolution n'a pas eu le temps de creuser de fossés génétiques. A peine des ornières. Malgré cela, les chercheurs commencent à se poser la question de savoir si ces groupes, même très proches, ne présentent pas des différences physiques, médicales ou encore intellectuelles. Le terrain est très glissant. D'ores et déjà, de multiples études épidémiologiques, surtout américaines, relèvent effectivement une sensibilité différente à certaines maladies. Mais, dans quasiment tous les cas, les chercheurs sont encore bien incapables de faire le tri entre les causes génétiques et celles tenant aux conditions de vie. Sauf en ce qui concerne les maladies génétiques orphelines. Ainsi, le cancer du sein frappe davantage les femmes juives ashkénazes parce qu'elles ont hérité d'une mutation (BRCA1) apparue spontanément chez l'une d'entre elles, voilà plusieurs générations.
Ce grand flou n'a pourtant pas empêché une société américaine d'obtenir, en 2005, la première homologation d'un médicament « racial » destiné aux Noirs. Il est censé soigner l'insuffisance cardiaque, plus fréquente chez les Américains d'origine africaine, sans que la raison en soit connue. Dans son livre, Bertrand Jordan dénonce l'homologation du BiDil, médicament dont l'efficacité est la même quel que soit le malade, blanc, noir ou jaune. Pis : ce remède, vendu très cher, ne fait qu'associer deux vieilles molécules commercialisées à bas prix depuis longtemps ! Ce qui explique sans doute son flop commercial.
Quant à la prétendue supériorité intellectuelle des Blancs sur les Noirs fondée sur des critères génétiques, « c'est totalement faux , s'insurge Bertrand Jordan. Il est possible que quelques centaines de gènes induisent des variations dans les aptitudes que possède, en moyenne, une population par rapport aux autres. C'est possible, mais bien difficile à mettre en évidence, tant l'influence de la culture brouille les pistes. En tout état de cause, une telle différence ne s'appliquerait qu'à la moyenne du groupe, non pas à chacun de ses membres pris individuellement ».
Bref, nous avons enfin la confirmation qu'il n'y a pas plus égaux que les humains. Si sept groupes génétiques se sont esquissés au fil de 3 000 générations, la bougeotte des hommes actuels les amènera certainement à se fondre à nouveau ensemble. On sera alors revenu au point de départ. L'homme n'appartient qu'à une seule race. Elémentaire, mon cher Watson !





Frédéric Lewino.

Le vrai texte est le suivant:







Etonnante confirmation scientifique. La génétique a rendu son verdict :

« Nous pouvons répartir les hommes en sept groupes biologiques. »

L’espèce humaine demeure la plus compacte de tous les mammifères.

James D. Watson peut être considéré comme le pape de la génétique moderne. En 1953, sa découverte de la structure de l'ADN, avec Francis Crick, en a fait l'égal d'un Newton ou d'un Copernic !

Aujourd'hui, les progrès remarquables effectués dans la science du génome (autre nom pour la totalité de l'ADN contenu dans les chromosomes) permettent enfin d'apporter des réponses bien plus précises sur l'existence ou non de divisions biologiques au sein de notre espèce. Au lieu de se fonder sur quelques critères physiques apparents, les généticiens ont mis au point des moyens sophistiqués d'analyse, capables de comparer des milliers de minuscules fragments d'ADN. Ce qui a permis de savoir, par exemple, que sur les 3 milliards de nucléotides (-ces briques de base qui écrivent les gènes-les hommes ne diffèrent, entre eux, que par 3 millions de nucléotides au maximum. Un sur mille !) Cela signifie que les 6 milliards d'humains possèdent un génome à 99,9 % identique. Cette extraordinaire compacité ne se retrouve chez aucune autre espèce de mammifère dont le génome est connu à ce jour. Par exemple, la diversité génétique du chimpanzé est quatre fois supérieure à la nôtre. Quoique très faible, il existe néanmoins une variabilité chez l'homme. Que dit-elle ? La revue Science vient de publier l'étude génomique la plus complète jamais effectuée. Elle compare 650 000 nucléotides chez 938 individus appartenant à 51 ethnies.

Les généticiens qui ont participé à ce travail herculéen, ont conclu de leurs travaux, qu'il existe sept groupes biologiques parmi les hommes :

1- les Africains subsahariens,

2- les Européens,

3- les habitants du Moyen-Orient,

4- les Asiatiques de l'Est,

5- les Asiatiques de l'Ouest,

6- les Océaniens

7- les Indiens d'Amérique.







Le chercheur Howard Cann, de la fondation Jean-Dausset, cosignataire, tient à préciser :

« Tous les hommes descendent d'une même population d'Afrique noire, qui s'est scindée en sept branches au fur et à mesure du départ de petits groupes dits fondateurs. Leurs descendants se sont retrouvés isolés par des barrières géographiques (montagnes, océans...), favorisant ainsi une légère divergence génétique. »

En fouillant davantage encore dans les génomes, les généticiens ont pu encore déterminer des sous-groupes. Par exemple, huit en Europe et quatre au Moyen-Orient. Mais avec moins de certitude.

Si les sept groupes restent très proches génétiquement, c'est qu'il y a une bonne raison à cela :

L'extrême jeunesse de l'espèce humaine. En 60 000 ans (depuis la sortie d'Afrique de l'Homo Sapiens. ), l'évolution n'a pas eu le temps de creuser de fossés génétiques. A peine des ornières. Malgré cela, les chercheurs commencent à se poser la question de savoir si ces groupes, même très proches, ne présentent pas des différences physiques, médicales ou encore intellectuelles.

Bref, nous avons enfin la confirmation qu'il n'y a pas plus égaux que les humains. Si sept groupes génétiques se sont esquissés au fil de 3 000 générations, la bougeotte des hommes actuels les amènera certainement à se fondre à nouveau ensemble. On sera alors revenu au point de départ. L'homme n'appartient qu'à une seule race.

Elémentaire, mon cher Watson !

Vous me direz que cela n’est pas très évident à comprendre pour le néophyte.
Ce qu'il nous faut savoir, c'est que ces scientifiques, traducteurs de ces fameuses plaquettes de Sumer, ne pouvaient absolument pas savoir en 1915, (Par exemple) que la science vérifierait un jour, d'une façon totalement inconsciente de la portée de cette découverte, le rapport "précis" de cette information avec ces si étonnants écrits du passé.




........................................................................................................





A COMPARER AVEC LES TRADUCTIONS DES PLAQUETTES TRADUITES
PAR LES ASSYRIOLOGUES BOTTERO/KRAMER QUI EUX,
NE FONT PAS D'ETUDES SUR L'UFOLOGIE...!!




...............................................................................

INCROYABLE..!!!
Mais authentique!

A vous de juger!
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  martin jean-luc le Lun 31 Mai - 10:49

Bonjour Jean-Pierre,

Je suis en train de lire le livre la 12eme planéte, ce bouquin est vraiment passionnant il absorbe tout mon temps.

A bientot amitié

martin jean-luc

Messages : 47
Date d'inscription : 10/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  Mantell le Lun 31 Mai - 13:29

flower

Salut Jean-Luc!

Excellent!
Si tu trouves le livre de BOTTERO ET KRAMER, tu verras que Sitchin n'affabule pas.
Tout cela confirme que nous allons tous dans le bon sens.

Amicalement à toi.
JP.
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  lionel le Lun 31 Mai - 14:48

martin jean-luc a écrit:drunken Il y a quant même une question a laquelle je ne trouve aucune réponse ? qui créa les dieux, l'univers, et quel est l'élément déclencheur du Big Bang créateur de ce cosmos dans lequel nous vivons, nous appartenons au monde de l'infiniment petit,fruit de la chimie du carbone et de l'eau, perdu dans ce monde galcé qui sans les étoiles aucune vie ne pourrait exister cyclops

Salut les z'amis ..... je ne reviens pas sur les informations precieuses de JP , mais plutot sur ta reflexion Martin

En effet le dogme du creationisme s'appuie sur le nouveau paradigme du Big bang .... événement predit par l'ecclesiastique Lemaitre qui fit plier Einstein et sa constante cosmologique, avec l'appui des observations et conclusions de E Hubble sur l'expansion de l'Univers ...... Comme la RG est une théorie et non une loi , il serait peut être judicieux d'en faire de même avec la theorie du Big Bang.

ce fameux big bang s'est vu officialisé quand on a ecouté le rayonnement fossile du fond de l'univers observable .... mais voila a y regarder de plus près ce rayonnement est le même quelque soit l'endroit d'ou il vient ce qui pose de serieux problèmes quand a l'origine "geographique" du big bang .... ou a t'il eu lieu ???

S Hawking a démontré que le big bang serait une singularité .... en gros dans les conditions initiales , la temperature, la pression, le temps et la taille en deça du mur de Planck font tendre les resultats des equations vers l'infini. la relativité reistreinte et sa celebre equation E=mc² démontre que l'energie peut se transformer en matière , et que celle ci peut se transformer en energie pure, en application de la loi de conservation de l'energie.

Cependant il demeure des incertitudes comme pour les tenants de la theorie de l'inflationnisme, comme le fait que l'energie du vide pourrait augmenter au fur et a mesure de l'expansion de l'univers ..... il demeure des incertitudes sur les differentes phases de "construction" de l'Univers : passer d'un plasma chaud a des formations de galaxie n'est pas chose aisée et rien n'est sur .

parallèlement la théorie originale de Sakkharov , reprise par notre JPP national sur la théorie pour le moins revolutionnaire des twin-univers , qui au moins le merite de mettre de coté toute forme d'energie ou de matière exotique non verifiable.

Enfin tout cela pour dire que le Big bang n'est pas une certitude même si Hawking le croit ..... Fred Hoyle n'y croyait pas lui , Linde non plus ..... quand au grand R Feynmann , son anti matière credite la theorie du bi-univers contrairement a celle de Dirac.

Pour ma part je suis dubitatif même si je ne comprends pas tout ( c'est extremement complexe )

lionel

Messages : 55
Date d'inscription : 10/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concrétisation des interrogations.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum