Exobiologie..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Exobiologie..

Message  Mantell le Dim 15 Avr - 20:46

flower

Eléments pour réfléchir:


http://www.karmapolis.be/pipeline/theses_interdites.htm


L'origine extraterrestre de l'homme
les thèses interdites


La remise en question de la vision darwinienne pure (quelque peu fascisante) de l'évolution de l'homme est une aventure tout à fait passionnante. Elle ouvre la porte, au grand dam des scientifiques trop académiques, à une origine plus étrange, peut-être extraterrestre de l'humanité. En effet, l'irruption soudaine d'abord de la vie et de ses acides aminés et ensuite de l'homme moderne et des civilisations suppose que cette «vie» a pu recevoir un coup d'accélérateur, un coup de main extérieur, une phase de dopage intelligent. Les traces de cette aventure se retrouvent peut-être dans des textes anciens qui, sans nous livrer toutes les réponses, nous offrent au moins des indices. Certains scientifiques tentent de trouver ces nouvelles réponses comme nos amis d'Open Seti dont Gerry Zeitlin, son créateur nous a accordé un entretien.
La science prise en otage

Lorsque nous avons décidé d'aborder le sujet de l'origine de l'homme par rapport au phénomène «extraterrestre», aux textes «sacrés», et aux découvertes de l'archéologie non officielle, nous ne pensions pas que nous allions nous retrouver confrontés à quelque chose d'aussi radical, fondamental, complexe et en même temps d'aussi étrange avec autant d'indices «éclatés», allant dans tous les sens. Nous ne pensions pas que nous allions tomber sur un bec pour parler de façon plus triviale. Car ce domaine de recherche est rebelle à toute conclusion hâtive. Et qu'il est pris en otage entre deux extrêmes, deux lobbies puissants et radicaux : les créationnistes purs et durs, adeptes de l'hypothèse «au mot à mot» de la Genèse selon la Bible d'une part et les darwiniens, qui ne laissent la place qu'au hasard total, absolu, jusqu'à l'absurde, d'autre part. Il nous montre surtout que l'histoire officielle, celle des hommes et des religions, celle de son évolution biologique mais aussi historique est une histoire manipulée, totalement réécrite, parfois jusqu'à la bêtise. Certes, le fait de relier dans un seul domaine d'exploration, l'archéologie, la vie extraterrestre, la biologie, le darwinisme et les textes religieux principaux va agacer plus d'un lecteur qui doit penser avoir une fois de plus affaire à des théories fumeuses sorties tout droit de cerveaux imaginatifs, adeptes de la science-fiction. Nous avions au départ nous-mêmes une certaine méfiance face à ces thèses au parfum «conspirationnisto-new age». Mais c'est en lisant certains auteurs, en consultant certains textes anciens d'origine incontestable comme nombre de textes sumériens, le Nag Hammadi ou le livre d'Enoch, en nous penchant sur les mésaventures de certains chercheurs, que notre réticence a fait place à un doute, à des questions puis à une soif de connaissance et surtout, une envie d'y voir clair. Vous êtes-vous déjà demandé ce que représentaient, exception faite de leur valeur symbolique et allégorique, les dieux grecs de l'Olympe ? Qui sont ces êtres mythiques, aux traits émotionnels très proches des humains (envieux, colériques, dictatoriaux, faisant parfois preuve de compassion et de générosité) qui ne sont pas arrivés en Grèce en provenance directe de leur royaume divin mais de Crète (pour Zeus), du Proche-Orient (pour Aphrodite), des mers d'Asie Mineure (pour Poséidon). Qu'est-ce donc que cette famille, ce clan d'entités aux pouvoirs exorbitants et aux caractères faillibles d'écorchés vifs ? Sont-ce uniquement des symboles ou des êtres ayant réellement existés ? Nous ne voulons pas ici nous attarder sur des explications relatives aux dieux grecs ou égyptiens mais à y regarder de plus près, les dieux des anciennes civilisations polythéistes se ressemblent fort, vivent des mésaventures parfois identiques, un peu comme si l'on parlait d'une même personne porteuse de différents noms. Nous vous proposons donc de faire un court périple en notre compagnie, le périple des origines possibles et pourquoi pas vraisemblables de l'être humain et les indices que l'on trouve dans son corpus de textes religieux et profanes anciens. Nous vous proposons d'aller à la rencontre d'entités dont on ne sait si elles doivent être appelées extraterrestres, divines, immatérielles, parasitaires, voire infernales ou hypothétiques. Nous avons interviewé dans la deuxième partie de ce dossier Gerry Zeitlin, scientifique, critique acerbe du projet Seti, qui, une fois à la retraite, a voulu mettre sur pied une structure d'informations et de recherches qui traduit ses propres doutes et ses propres hypothèses face à la version officielle sur la recherche de la vie extraterrestre et l'exobiologie, le projet Open SETI, le SETI «ouvert». Ce site Internet qui fait penser à l'enthousiasme des premiers philosophes du siècle des lumières, les encyclopédistes, porte bien son nom : il éclate les versions officielles trop restreintes et s'ouvre sur le monde.
L'archéologie interdite

Nous vous proposons donc de vous aventurer dans des domaines de l'archéologie, de la science ou de l'histoire des religions qui ont échappé au “ knowledge filtration process ” (processus de filtration de la connaissance). Un concept mis au point par le chercheur Michael Cremo et qui signifie la censure de données factuelles par l'establishment scientifique et médiatique. Michael Cremo est un spécialiste américain en archéologie, en histoire, en philosophie des sciences et en épistémologie qui s'est surtout attelé à démontrer avec le concept de “Dévolution” ou d'involution que la théorie évolutionniste de Darwin, certes séduisante à certains égards, n'explique pas l'origine de l'homme mais bien au contraire manipule l'histoire et les faits. Nous entendîmes parler de Cremo pour la première fois dans une interview que nous accordèrent Nigel Kerner, auteur du “The Song of the Greys”, [le chant des Gris] (voir le dossier Karmapolis à ce sujet) et le Dr Andrew Silvermann, un praticien qui fait partie de son équipe et soulignait que l'hypothèse «dévolutive de Kerner» avait précédé celle de Cremo de quelques années. En effet, le livre étonnant et atypique de Kerner date de 1996 alors que Cremo publie son travail en 2002. Pour rappel, Kerner explique l'origine de l'homme en faisant appel à une théorie, celle de l'involution et à des extraterrestres parasitaires –les Short Greys - qui auraient interceptés notre schéma dévolutif pour leur propre compte. Leur but serait, selon Kerner et Silvermann, de devenir à l'instar de l'homme, des créatures dotées d'une âme éternelle, échappant ainsi au funeste destin sans avenir ni éternité des êtres cybernétiques, les robots.

Cremo, lui, s'est surtout attelé à l'aide d'exemples et de découvertes archéologiques à démontrer que l'homme ne peut descendre du singe mais bien que c'est le singe qui provient d'une ligné dévolutive humaine. Au départ, l'homme serait une entité «parfaite», issue d'un monde qui obéit à des lois physiques différentes du nôtre, un monde qui n'est pas affecté par l'entropie qui sévit dans un univers de matière. Les lignées de l'homme ont été en quelque sorte piégées dans ce monde de matière et ont connu un destin funeste qui les a éloignées de leur source créatrice. Mais là n'est pas la question. Le principal combat de Cremo a surtout consisté à démontrer que les thèses darwinistes qui dominent la science d'une main de fer n'expliquent pas quantités d'événements et de découvertes archéologiques. Pire encore, à cause du darwinisme ambiant, de nombreuses trouvailles ont été déclarées comme étant des hérésies ou des montages, des faux grossiers parce qu'elles ne cadraient pas avec les théories communément acceptées selon lesquelles les premières grandes civilisations humaines ne peuvent pas remonter à plus de 4000 avant JC (civilisation sumérienne). Mais lorsque Cremo démontre que des civilisations étranges existaient à des périodes bien antérieures, par exemple contemporaines au règne des dinosaures, il fait l'objet de virulentes attaques en règle de l'establishment scientifique, plus principalement les tenants des thèses darwiniennes. Pour rappel, les thèses évolutionnistes darwiniennes ont pour objet d'expliquer l'apparition de l'homme et l'évolution des espèces par une série innombrables de mutations génétiques aléatoires (uniquement dues au hasard), la sélection naturelle faisant que l'espèce la plus adaptée au terrain, au climat et à la période donnée survit et transmet son bagage génétique à sa descendance. Par conséquent, l'apparition de l'homme est due à un hasard vraiment infime et pratiquement non reproductible. Si la nature revenait en arrière pour recommencer un nouveau cycle de création des espèces vivantes, la probabilité que l'homme surgisse de cette combinaison et de cette bataille génétique serait pratiquement nulle. Les darwiniens estiment par conséquent que l'apparition d'une espèce vivante humanoïde sur une autre planète aux conditions proches des conditions climatiques terrestres est quasiment impossible. Tout comme l'apparition d'une vie extraterrestre intelligente. C'est ce que l'on appelle de l'anthropocentrisme. Voilà qui clôture sérieusement toute discussion dans le domaine de l'exobiologie (biologie des organismes extraterrestres). Les darwiniens ont une telle puissance dans les universités et le monde scientifique en général qu'ils parviennent à dénaturer, ridiculiser ou censurer tous les faits et découvertes –et Dieu sait qu'il y en a- qui montrent que leur théorie (le darwinisme classique et le néodarwinisme) est caduque. Les darwiniens en viennent parfois à livrer des explications qui sont mêmes ridicules pourvus qu'elles recadrent énergiquement les faits rebelles dans les limites acceptables de leur perception du monde. Lorsque certains archéologues découvrirent les pierres Incas, des artefacts remontant à 250.000 ans, les autorités académiques discréditèrent ce genre de découvertes, allant même jusqu'à dire que ces œuvres artisanales n'en étaient pas mais bien le fruit étonnant d'un travail géologique naturel. Cremo a ainsi répertorié un certain nombre d'exemples d'objets ou de monuments dont la datation ne cadre pas avec les canons officiels et a décrit par le détail toutes les campagnes médiatiques dont les découvreurs de ces objets et sites furent victimes. Surprenant et affligeant ! D'ailleurs, si l'on s'en tient à la vision darwinienne de l'histoire humaine, l'essor des civilisations est un événement hasardeux et qui aurait du prendre beaucoup de temps et surtout de nombreuses tentatives infructueuses. Or il n'en est rien. Or, tous les archéologues qui ont étudié les vestiges de la civilisation sumérienne ne parviennent pas à expliquer pourquoi cette dernière a pu avoir un essor aussi soudain et brutal, comme surgie de nulle part. N'oublions pas que tout soudain, l'on voyait surgir de peuples nomades de pasteurs cueilleurs une civilisation sophistiquée dotée de moyens de transport, d'une écriture, des débuts de l'imprimerie, d'une agriculture très diversifiée faisant appel à l'irrigation, de lois, de pratiques commerciales et d'échanges, d'une médecine très complexe (avec des opérations chirurgicales), d'un artisanat sophistiqué utilisant des métaux et des matières nobles, d'une architecture monumentale etc. Cette explosion soudaine d'une civilisation ne peut s'expliquer avec des arguments darwiniens d'une lente et graduelle évolution. Si l'on parvient donc à sortir des ornières des darwinistes, on peut commencer à percevoir les théories sur l'origine extraterrestre des hommes avec une ouverture d'esprit plus salutaire.

Lire la suite...


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Votre avis?

A+JP.

avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum