MYTHES OU REALITES.?...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MYTHES OU REALITES.?...

Message  Mantell le Ven 14 Mai - 10:59

flower

MYTHES OU REALITES..?...a voir... Jeu 24 Sep - 10:21.


Bonjour à vous tous!
Suite à l'excellente question posée par notre pôte Martin sur le topic précédent,
je vous présente ici des constats vérifiés "scientifiquement"...(Hé oui..!!)



Ce qu'il y a de plus étonnant dans les premiers "écrits" sauvés involontairement
de la destruction.

Exemple:
Cas de la bibliothéque incendiée d'Assurbanipal (668-628 avjc) constituée
pour recueillir les connaissances de son époque. Le feu conservera donc
involontairement les plaquettes gravées en cunéiforme. Car en cuisant l'argile
qui les constituait, l'incendie volontaire permettra de les protéger de la destruction
organisée. On retrouvera donc dans ces textes de nombreuses descriptions
de connaissances incohérentes avec l'époque considérée et de faits ayant
marqué la mémoire des hommes dans leur passé antique.

Non seulement l'on retrouvera une étonnante histoire de déluge, comme surtout
celle parfaite d'un "Noé" salvateur..(Ce qui déjà destabilisera en plus, certains
religieux sur l'origine du vrai texte utilisé dans la génése de l'Ancien Testament.)...

Mais il y aura d'autres écrits encore bien plus étonnants:

Pour faire simple et sans pour cela remonter aux origines sumériennes
d'un théorème attribué par exemple plus tard à Pythagore (Par exemple!!....) ,
l'on peut également y découvrir certaines descriptions bien plus pointues
et dont nous ne comprenons parfaitement le sens, que depuis très peu de temps.

TEXTE TRADUIT A PARTIR DES TABLETTES PAR LES ASSYRIOLOGUES BOTTERO ET KRAMER:



En effet, que peut-on penser de certaines descriptions précises du genre:

1) Une fécondation "in vitro".
2) Une manipulation de gènes. et surtout
3) Un développement de foetus par méres porteuses?....

Personne ne pourra comprendre ces textes à l'époque de leurs premiéres traductions.
(en 1873) Ils seront donc classés "péremptoirement" en tant que mythes,
ce qui est logique en fonction des connaissances de l'époque considérée.

Ce qui fait la grande joie du "fouineur d'ufo", c'est que ces fameuses traductions
de "textes dits mythiques" vont se trouver étrangement "confirmées" en 2008
par les derniéres découvertes de nos généticiens sur l'étude si particuliére
de notre l'ADN mitochondriale... (ADN transmise uniquement par la mére!)

.................................................................

ALORS MYTHE OU REALITE ?...

La question qui destabilise les contestataires d'une telle recherche
est donc toujours la suivante:

"QUI POUVAIT A CETTE EPOQUE (6.000 avjc), CONNAITRE UN TEL SAVOIR ?..."

A vos claviers.


Amicalement.


A+JP[b]
avatar
Mantell
Admin

Messages : 413
Date d'inscription : 06/05/2010
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: MYTHES OU REALITES.?...

Message  martin jean-luc le Lun 17 Mai - 22:48

Comme je suis intimement persudé et cette théorie n'engage que moi que, Jean le baptiste et jésus etaient le fruit d'une fécondation in vitro , ou alors il faudra m'expliquer comment une femme avancée en âge et stérile pour le premier, et une jeune ado de 14 ans n'ayant comptée fleurette avec un homme, puissent avoir un enfant difficile a croire pour l'époque il y a 2000 ans, nous savons au jour d'aujourd'hui que la fécondation artificielle et la seule a pouvoir donner naissance a un enfant sans rapport avec le sexe opposé.

Il y a donc fort a parier, que ces deux personnages de l'évangile n'avaient pour géniteur qu'une éspéce d'hommes tres évolués maîtrisant parfaitement ces manipulations de la génétique.6000 ans plus tard ils tentent de régler les problémes qui divisent les hommes par l'envoi d'un Méssager issu du peuple coupable d'une fornications avec une sous catégorie de dieux(Elohim).

Il y a donc entre notre culture chrétienne (textes modifiés) par la sainte église, un rapport tres fort aves les écrits de sumer, nos génes seraient a moitier humain et a moitier ceux des dieux qui nous auraient ainsi créés par manipulation génétique pour les libérer des tâches difficiles ou tout simplement pour devenir leurs ésclaves.

Il es tévident de constater de nos jours que l'éspéce humaine reste génétiquement l'éspéce domminée, les dominés des dominants, si je me trompe dites le moi les amis, ls période difficile, provoquée, que nous vivons aujourd'hui semble me donner raison, un retour a la case départ !! Twisted Evil

martin jean-luc

Messages : 47
Date d'inscription : 10/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Bonjour,

Message  Oréade le Dim 2 Sep - 14:15



Qui pourrait me renseigner sur un Monsieur Nommé Jean Sider…

Il a écrit…"La vie vient d'une d'une intelligence supérieure"…et OVNIS créateurs de l'humanité"
Je vous laisse aussi l'histoire assez étrange de cette femme avant la seconde guerre mondiale…et qui étant hospitalisée pour cause d'un accident grave puisqu'elle était dans le coma et qui avait un sang "bleu"…le sang des "rois" dit on…

J'aimerai assez avoir une réponse…car je m'interroge…


On dit que la réalité dépasse souvent la fiction, et c’est absolument vrai ! L’affaire dont il est question dans cet article le prouve d’une manière catégorique. Des Extraterrestres se sont-ils infiltrés à notre insu dans nos sociétés ? Des êtres humains d’espèce inconnus vivent-ils parmi nous ? Cet article de Jean Sider tente de nous donner une réponse.

L’affaire que je vais détailler ci-dessous, qui s’est produite en France avant la Seconde Guerre mondiale, incitera peut-être certains lecteurs à la considérer comme une preuve de la présence sur Terre d’êtres humains n’appartenant pas à notre espèce. Il ne s‘agit pas d’une simple rumeur, mais d’un incident authentifié par des professionnels de la santé, et par une contre-enquête à laquelle j’ai participé, sans laquelle jamais l’idée de cet article ne me serait venue.

Les débuts de l’enquête

Au début de 2004, un excellent ami, Jacques Maniez, né en 1929 et intéressé par les phénomènes depuis 1950, me signala un fait extraordinaire qui s’était déroulé entre les 2 guerres mondiales. Je connaissais déjà en gros cette affaire, pour l’avoir lue dans un livre dévolu aux phénomènes de hantise publié en 1973. Toutefois, comme l’auteur citait seulement un témoignage de troisième main, j’ai supposé que l’incident décrit n’était que le produit d’une imagination fertile. Cependant, Jacques m’affirma avoir vérifié cette histoire, et avoir même réussi à obtenir d’autres détails par l’entremise d’un parent proche du principal témoin. Avant de rapporter ce qu’il a pu découvrir, je résumerai les grandes lignes de ce cas tel qu’il figure dans le livre de 1973. Selon l’auteur, ce cas se serait déroulé en septembre 1932 (Daniel Réju, Fantômes et maisons hantées, Belfond, pp. 195-197).

Visite à l’hôpital

M. Pierre Sadron junior, plusieurs jours avant la mort de son père, obtint de lui les informations suivantes : un jour, M. Sadron senior, en compagnie de son jeune fils, vint à la clinique Victor Pauchet, à Amiens (Somme), afin de rendre visite à une tante qui s’y trouvait en traitement. Le directeur de la clinique, le docteur Pauchet, était un très bon ami de M. Sadron. Quand ce dernier fut reçu par le médecin, il vit tout de suite qu’il paraissait très perturbé. Comme il s’inquiétait de son agitation, le docteur Pauchet lui expliqua qu’un incident bizarre venait de se produire la nuit précédente. Une anglaise, une certaine madame Smith, avait été amenée à la clinique par un couple de commerçants de Dreuil-lès-Amiens dans leur propre véhicule, localité située à quelques kilomètres à l’est d’Amiens. Cette femme avait été accidentée à la sortie de ce village à bord de sa voiture qui s’était écrasée contre un arbre, et elle se trouvait dans le coma avec des blessures sérieuses.


Une femme… très étrange

Le Dr. Pauchet fut très étonné lorsqu’il examina la victime, car elle avait un sang… bleuâtre. De plus, quand il effectua une analyse de son sang, il s’aperçut qu’il n’appartenait à aucun groupe connu. Il ordonna à ses assistants de faire des vérifications et ceux-ci corroborèrent sa première analyse : groupe sanguin inconnu chez notre espèce ! À défaut d’une transfusion sanguine, une injection de sérum physiologique fut faite. Comme il était tard et que la femme n’avait toujours pas repris connaissance, la victime fut placée dans une chambre particulière, avec une infirmière très expérimentée rompue aux gardes de nuit. Durant la nuit, la garde-malade s’endormit, en dépit de tous ses efforts pour rester éveillée. Lorsqu’elle sortit de son sommeil, l’étrange femme avait disparu, et le lit avait été refait comme si personne ne s’y était trouvé. Toutes les fenêtres de la clinique étaient munies de barreaux, et toutes les portes donnant sur le dehors étaient encore fermées de l’intérieur.

Disparition inexpliquée

Les gendarmes d’Amiens furent prévenus et ils vinrent immédiatement pour faire leur enquête. Au cours de leurs investigations, ils constatèrent que la voiture accidentée avait également disparu, et ce en dépit du fait que l’anglaise était seule à bord lorsque ses sauveteurs l’extirpèrent de son véhicule. En conséquence, qui serait à l’origine de cette disparition ? Le fait que plus tard, M. Sadron junior devint le fondateur et secrétaire exécutif de l’Association Spiritualisme et Philosophie, explique pourquoi il informa l’auteur de cet incident, un écrivain spécialisé dans les phénomènes de hantise, ce qui n’est peut-être qu’une simple coïncidence. Toutefois, de nombreuses coïncidences se sont produites dans cette affaire, comme nous le verrons bientôt, ce qui laisse supposer un autre scénario…

Coïncidences en série

Durant les années 1970, Jacques Maniez acheta ce livre et lut cette histoire. Il se trouve que par coïncidence, mon collègue est né à Amiens, où sa famille vivait avant la Seconde Guerre mondiale. De plus, autre coïncidence, le successeur du Dr. Pauchet à la tête de la clinique était son gendre, le Dr. de Butler, lequel fut le médecin de la famille de Jacques à Amiens. En 1979, après un contact téléphonique avec le Dr. de Butler, lequel vivait retraité et était très âgé. Jacques décida de se rendre à Amiens en voiture pour vérifier cette histoire. Là, il se rendit directement au domicile du Dr. de Butler, où ce dernier lui confirma la totalité de l’affaire. Ensuite, comme son fils Tanguy de Butler était le directeur administratif de la clinique à ce moment-là, il lui passa un coup de fil afin de faciliter une rencontre avec mon collègue. Son fils accepta sans la moindre difficulté.

La lettre du Dr Tanguy de Butler

Confirmation des médecins
M. Tanguy de Butler reçut Jacques dans son bureau de la clinique Victor Pauchet, et confirma aussi tous les détails cités ci-dessus. D’autre part, il lui montra le registre des admissions n°3, dans lequel figurait le nom de la femme dans les entrées, mais l’emplacement réservé aux sorties était resté vierge. Pour une raison que je ne connais pas, Jacques ne prit pas note de la date exacte de l’admission, ou ne l’a garda pas en mémoire. Autre coïncidence (ou peut-être un phénomène paranormal) : durant sa présence dans le bureau de M. Tanguy de Butler, ce dernier tenait sa petite-fille de sept ou huit ans sur ses genoux. Soudain, l’enfant s’exclama : « Pépé ! Regarde en l’air ! Il y a une barre bleue sur la tête du monsieur ! Ni M. de Butler, ni son épouse présente, ne virent cette barre bleue, mais selon la petite fille, cette chose (barre ou flamme bleue), venait du plafond jusqu’au sommet du crâne de Jacques. Comprenne qui peut…

Ce fut seulement au début de 2004 que Jacques Maniez me mit au courant de tout ce qu’il savait de cette affaire. Puis, je lui suggérai d’obtenir de M. Tanguy de Butler, une lettre dans laquelle il certifierait que tous les éléments ci-dessus décrits sont authentiques. Jacques lui passa donc un coup de téléphone. Quelques jours plus tard, il reçut une lettre datée du 12 mai 2004 dans laquelle l’ancien directeur de clinique confirme tout ce qui vient d’être précisé, ce qui validait bien l’incident. Voici le texte de sa lettre :
« Monsieur,
« Pour faire suite à notre dernière conversation, voici ce que je connais de cette affaire concernant cette femme qui a été admise à la clinique dans des conditions étranges.
« Les faits se sont déroulés à la fin des années 20.
« Une jeune femme de nationalité anglaise ayant eu un accident de voiture à Dreuil-lès-Amiens, localité proche de cette ville, située sur la route Calais-Amiens, est admise à la Clinique Victor Pauchet, alors dirigée par mon grand-père, le docteur Victor Pauchet, pour, d’après le registre de salle d’opérations, des plaies au visage. Elle est enregistrée sous le nom de SMITH.
« Mon grand-père, intrigué par la couleur de son sang qui a une couleur bleuté ordonne une analyse de ce sang et à la surprise d’apprendre qu’il n’appartient à aucun groupe connu.
« Comme il est tard, il fait coucher la patiente et lui donne une garde de nuit pour la surveiller. Cette garde s’endort, ce qui ne lui arrive jamais, et à son réveil constate que la personne a disparu.
« Le véhicule accidenté avait également disparu lorsque le dépanneur est venu pour le prendre en charge.
Voici les faits tels que j’en ai eu connaissance par la suite, n’étant pas né à cette époque-là.
« Espérant, par cette relation des faits, avoir répondu à votre attente, je vous prie de croire, monsieur, en l’expression de mes meilleurs sentiments.
« Tanguy de Butler ».

Autres éléments intrigants

Un autre cas en Afrique
La dernière coïncidence se produisit quelques jours après que Jacques Maniez m’eût informé de tous les détails de cet incident. Le 2 février 2004, M. Alain Sider, résidant à Caen, un cousin éloigné dont j’ignorais l’existence, m’envoya une lettre dans laquelle il émettait le souhait de me rencontrer. Il avait lu mes livres et obtenu mon adresse avec mon éditeur. Il vint me voir en juin 2004, et durant nos conversations, il prétendit avoir lu dans un hebdomadaire français, il y a environ trentaine d’années, une information concernant… un cas de groupe sanguin inconnu découvert en Afrique du Sud, sur un homme ayant également disparu dans d’étranges circonstances dans l’hôpital où il se trouvait. Toutefois, il ne se souvient pas avoir noté quelque chose d’anormal relatif à la couleur de son sang. Toutes ces coïncidences sont probablement dues au hasard, mais certains lecteurs pourraient considérer cette situation sous un autre angle, en particulier lorsqu’ils apprendront que j’ai vu un ovni en 1954, et que Jacques Maniez en a vu un aussi en 1950.

Autres éléments intrigants
Plus tard, j’écrivis à M. T. de Butler, afin de clarifier cette discordance à propos de la date de l’incident citée par Daniel Réju : septembre 1932. Le 6 juillet 2004, M. T. de Butler téléphona à mon domicile pour me dire qu’il pensait qu’il s’agissait d’une date se situant entre 1925 et 1930. Il me promit aussi de faire une recherche dans les archives de la clinique, afin de retrouver le registre des admissions n°3 qu’il avait montré à Jacques Maniez en 1979. Malheureusement le 19 juillet, il fit savoir qu’en dépit d’une longue fouille, il avait constaté que ce document avait disparu. Durant notre conversation au téléphone, M. T. de Butler me donna une autre information importante. En 1977, les Gendarmes d’Amiens revinrent à la clinique pour collecter un maximum de renseignements sur cette étonnante affaire. Ils prétendirent faire une enquête à la demande d’une « dame de Toulouse », selon les propres mots de M. T. de Butler. Si cette « dame de Toulouse » avait été une personne privée, jamais les gendarmes ne se seraient dérangés. Je pense qu’elle était probablement membre d’un organisme français étatique. Comme le CNES est basé dans la ville de Toulouse, et qu’en 1977 fut créé le GEPAN en son sein, afin de collecter et d’analyser les rapports d’observation d’ovni, elle devait faire partie du CNES. Il s’agissait sans doute de la secrétaire du GEPAN, créé par M. Claude Poher en 1977, service qui est devenu le SEPRA en 1988 dirigé par M. Jean-Jacques Velasco. Notez que M. J. J. Velasco a publié un livre en 2004, dans lequel il admet que les ovnis sont des phénomènes physiques réels et d’origine extraterrestre (OVNI : l’évidence, éditions Carnot, Paris). Cette affaire reste donc encore sous investigations.

Plusieurs pistes de recherche

La légende des Dieux sumériens
Je signale au lecteur à toutes fins utiles, que selon certains auteurs non spécialisés sur les phénomènes ovnis, les anciens « dieux » sumériens, censés avoir créé l’Humanité, auraient eu un sang de couleur bleue. Ces mêmes sources précisent que les prétendus croisements entre Dieux et femmes mortelles auraient été à l’origine des lignées royales qui régnèrent bien avant le déluge. Plusieurs versions de la création de l’espèce humaine se sont propagées en Mésopotamie. Cette diversité est due au fait que plusieurs ethnies se sont succédé, chacune reprenant la même légende en y introduisant des modifications selon ses propres critères religieux. L’un de ces récits indique que l’humanité fut créée avec le sang d’un dieu sacrifié, et une autre en mentionne deux. Du reste, les civilisations anciennes d’Egypte et d’Amérique latine ont souvent représenté leurs « dieux » avec la peau bleu clair. Voici une citation extraite d’un livre de William Bramley, The Gods of Eden, p. 233, qui va dans ce sens :
« Les écrits Sumériens déclarent que les premiers rois humains sur Terre étaient les rejetons des Gardiens “divins” qui se croisèrent avec des femmes humaines. Ainsi naquit l’idée de “sang royal” et l’importance de maintenir une lignée royale au sang pur identique à celui des ancêtres […] Chose intéressante à noter, certains anciens Gardiens “divins” ont été décrits comme ayant soit une peau bleue, soit ayant un sang bleu […] Un être humain à sang bleu paraît être un label de supériorité au sein de notre espèce ».

Plusieurs pistes de recherche
La curieuse facilité avec laquelle cette femme disparut dans la clinique sans la moindre trace de serrures forcées, et après la neutralisation d’une infirmière diplômée d’Etat expérimentée, semble indiquer qu’une ou plusieurs personnes de son espèce sont intervenues. Mais, avec quels moyens ? Ou peut-être que cette créature disposait d’une faculté propre lui permettant de disparaître comme le font des « aliens » lors de rencontres rapprochées du 3è et 4è types. Je ne peux pas expliquer la véritable nature de cette femme mais je suggèrerai cinq possibilités éventuelles :
1 – Un mutant de notre espèce ?
2 – Une créature extraterrestre, dont l’espèce vit parmi nous depuis de nombreux siècles et millénaires ?
3 – Un être issu d’une autre dimension ou d’un univers parallèle ?
4 – Une femme de notre futur ?
5 – Un leurre matérialisé très sophistiqué et temporaire créé par une intelligence inconnue responsable des apparitions et disparitions du domaine paranormal et des phénomènes ovnis ?

Vers une manipulation extraterrestre ?

J’ai une préférence pour le dernier choix cité, à cause du fait que ces coïncidences signalées auparavant sont vraiment étonnantes, comme si cette intelligence était désireuse que cet incident soit connu des ufologues. N’oubliez pas que de nombreux cas d’entités matérialisées à l’image d’êtres humains sont connus dans le spiritisme et l’ufologie (Esprits matérialisés, occupants d’ovnis, Hommes en noir, etc…). Par exemple dans les années 1870, le physicien anglais William Crookes a été en mesure de vérifier scientifiquement la matérialité temporaire d’une entité nommée Katie King. Tous ces leurres seraient planifiés dans différents lieux et temps, afin de susciter des croyances mythiques de tous genres, et de permettre à cette intelligence inconnue de tirer un probable profit de notre espèce. Attention, ce n’est qu’une simple supposition de ma part, pas une certitude. Aussi, le lecteur qui n’est pas au diapason avec ma façon d’interpréter cette affaire peut choisir une autre explication en fonction de son propre univers conceptuel.

Jean Sider

Pour en savoir plus
L’affaire de la femme au groupe sanguin inconnu figure dans le chapitre VI de mon nouveau livre : « Ovnis et créateurs de l’Humanité », éditions JMG.

(Source : mondeinconnu.com)

À bientôt de lire votre réponse
Oréade

avatar
Oréade

Messages : 12
Date d'inscription : 30/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: MYTHES OU REALITES.?...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum